Outsider Art Magazine


mardi 30 septembre 2014

Paris : l'art brut est exposé à la Halle Saint Pierre jusqu'au 4 janvier 2015

Du 17 septembre 2014 au 4 janvier 2015, une grande exposition d’art brut de déroule sous à la Halle Saint-Pierre : "Sous le vent de l’Art brut 2 : la collection De Stadshof". 
Willem van Genk est l'un des artistes présentés dans le cadre de l'exposition "'Sous le vent de l'art brut 2'', Collection de Stadshof, jusqu'au 4 janvier à la Halle Saint Pierre à Paris. © Willem van Genk
© Willem van Genk Willem van Genk est l'un des artistes présentés dans le cadre de l'exposition "'Sous le vent de l'art brut 2'', Collection de Stadshof, jusqu'au 4 janvier à la Halle Saint Pierre à Paris.
Plus de 300 œuvres (peintures, sculptures, dessins, installations, broderie), de 40 artistes emblématiques de l’art brut, ont été sélectionnées par Martine Lusardy, commissaire de l’exposition et directrice de la Halle de Saint-Pierre, avec Liesbeth Reith et Frans Smolders, conservateurs de la collection.

La Halle saint Pierre expose des artistes méconnus. Les marginaux, les fous, les instinctifs de l'art brut se dévoilent ici tout en douceur. 

L'artiste est autiste est dessine ses perceptions à grands coups de crayon. Au centre de ses œuvres il se trace lui-même, la tête carrée et hurlante, souvenir ancré de ses douleurs d'enfant, causées par de graves maladies de peau.

roy_wenzel_1.jpg
Roy Wenzel (né en 1959)

Une autre a été internée très tôt, et on ne sait rien d'autre d'elle. Si ce n'est ses dessins colorés et mystérieux, où le puéril côtoie le métaphysique. Ils ont été retrouvés dans sa chambre d'hôpital, et restaurés par les membres de la collection de Stadshof.

dammer_1.jpg
Aaltje Dammer



Cette collection néerlandaise regroupe 7000 œuvres, de 350 artistes. Une quarantaine est présentée à la Halle saint Pierre, dans l'exposition ''Sous le vent de l'art brut 2'' (deuxième volet d'une série d'exposition consacrées par le lieu aux collections internationales d'art brut). Elle offre l'occasion de plonger dans l'esprit particulier des artistes, chacun inspiré de ses tourments ou de ses fantaisies, de son caractère profond. Si l'art contemporain relève souvent d'une réflexion, pour l'art brut, c'est l'instinct qui s'exprime, un besoin de créer, indépendant des écoles esthétiques ou des enjeux de marchés.


L'exposition permet de découvrir les œuvres étranges de l'Iranien Davood Koochaki, un réparateur de voitures qui se mit à dessiner à 60 ans passés.

davood_koochaki_2.jpg

Davood Koochaki (né en 1939)


On croise aussi les créatures de l'Allemand Markus Meurer. Toujours considéré comme inadapté à sa société, il s'est fait une habitude d'en collecter la matière délaissée, et de l'assembler selon ses propres normes, pour créer des fétiches protecteurs, qui représentent des insectes, des avions ou ses propres parents.
markus_meurer_2.jpg
Markus Meurer (né en 1959)

L'imaginaire est fantastique, sombre ou tourmenté. Mais les œuvres peuvent aussi être touchantes et sereines, comme celles de la Francilienne Sylvia Katuszewski. Cette artiste, dont l'atelier est situé place de Clichy, à Paris, a transcendé la douleur de deuils par l'argile et le fusain. Ses madones ont le regard perdu, mais transmettent une douceur et une poésie rassurantes.

Sylvia Katuszewski © Sylvia Katuszewski
© Sylvia Katuszewski Sylvia Katuszewski

Ces sentiments sont aussi inspirés par le travail du Japonais Saï Kijima. Il a été découvert par hasard. L'un des responsables de la collection de Stadshof était en Suisse, et a vu ces soldats, ces moines et autres humains de bois dans la vitrine d'un opticien. Il a su y voir une valeur artistique jusqu'alors sous estimée, et c'est avec bonheur qu'on les admire désormais à Paris.


kijima_1.jpg
Saï Kijima (né vers 1952)

Parmi tous ces artistes à découvrir, on en retrouve un plus familier. Willem van Genk a marqué par ses huiles et ses collages. Ses œuvres reflètent sa folie et sa paranoïa, mais offrent surtout un magnifique panorama, une vision singulière du marginal, enfin consacré.

van_genk-_1.jpg
Willem van Genk (1927 - 2005)
'Sous le vent de l'art brut 2'', Collection de Stadshof, jusqu'au 4 janvier. Halle Saint Pierre 2, rue Ronsard – 75018 Paris. 
Métro : Anvers/Abbesses
 Ouvert tous les jours : en semaine de 11h à 18h
 samedi de 11h à 19h / dimanche de 12h à 18h.
source:http://france3-regions.francetvinfo.fr/paris-ile-de-france/2014/09/19/les-brut-insoupconnes-la-halle-saint-pierre-jusqu-au-4-janvier-554666.html


Designed ByBlogger Templates