Outsider Art Magazine


vendredi 13 décembre 2013

LIVRE: une belle idée cadeau - l'insolite dans l'Art

Une autre histoire de l'art



L'idée est excellente et confondante de simplicité, mais nul ne l'avait mise en oeuvre systématiquement : montrer combien l'histoire des arts au XXe siècle est faite de découvertes et de surprises.

Les découvertes, c'est Lascaux en 1940, le cratère de Vix en 1953 ou une statue mésopotamienne mise au jour par André Parrot en 1934. S'y ajoutent les redécouvertes : Caspar David Friedrich (1774-1840) méconnu en France avant les années 1970, la réapparition de la Pietà d'Enguerrand Quarton (XVe siècle) en 1904, Le Bain turc d'Ingres (1862) en 1905. Les surprises sont aussi variées, de celle qu'éprouvent Derain, Picasso ou Matisse devant la statuaire africaine en 1906, à de moins attendues, la révélation de la force plastique d'un scaphandre entré pour cette raison au Musée de la marine en 1939 ou celle d'un mannequin anatomique de bois de 1796 ressurgi en 1973. Bien des sciences sont invitées : archéologie, ethnologie, mathématique, et jusqu'à la minéralogie chère à l'écrivain Roger Caillois.

Dans cette chronique, des noms reviennent : Georges Bataille, Carl Einstein et Michel Leiris à cause de leur revue Documents qui, de 1929 à 1930, fut un prodigieux répertoire de curiosités ; mais plus encore André Breton. Le Palais du facteur Cheval, les masques d'Alaska, les clichés d'Eugène Atget, les encres de Victor Hugo lui doivent leur première notoriété - à lui et, plus largement, au surréalisme, à Paul Eluard, trop absent du livre -, à Tristan Tzara, à Man Ray.

Trois personnalités fortes des grands musées français cartographient ainsi le beau aujourd'hui. Puisant dans les collections françaises Laurent Le Bon (patron du Centre Pompidou-Metz), Yves Le Fur (responsable des collections au Quai Branly) et Jean de Loisy (président du palais de Tokyo) expliquent en 46 chefs-d'œuvre les admirations nouvelles, nées au XXe siècle.

Arts non occidentaux, découvertes archéologiques, photographie, surréalisme et art brut ont bousculé les catégories classiques qui, de la scène biblique à la nature morte, faisaient la part belle à la peinture. Du menhir sculpté au masque gabonais certains objets sous-estimés sont devenus des icônes. Leur destin est raconté chronologiquement.

Une autre histoire de l’art. Chefs-d’œuvre (re)découverts au XXe siècle, sous la direction d’Yves Le fur, Laurent Le Bon, Jean de Loisy, La Martinière, 240 p., 65 euros.
 
source: www.lefigaro.fr , www.lemonde.fr



Designed ByBlogger Templates