Outsider Art Magazine


vendredi 20 septembre 2013

Portrait d' artiste #01: Laurence BONNET, artiste Outsider



Premier portrait d’artiste de l'« Outsider Art Magazine », celui de Laurence BONNET dont le critique d’art (Artension) Frédéric-Charles Baitinger qualifie les œuvres de « subtiles et travaillées dans les matières qui les forment, intuitives et sobres dans le choix des figures qui peuplent leur terre de songe ».

Je tiens tout d’abord à remercie Laurence BONNET de s’être prêtée à cette petite interview, contribuant à faire connaître davantage l’Art Outsider à un public que j’espère toujours plus large.



Laurence BONNET est une artiste française qui vie et travaille à Paris et Metz. Elle a participé à des expositions collectives à la Halle Saint Pierre de Paris, expose en permanence à la galerie St Louis de Toulon et participe à des festivals d’art Outsider. Elle paraît dans la bible de l’art singulier depuis 2010.

 Une passion précoce pour l’art

 
Si la passion pour le dessin ou la peinture peut arriver sur le tard chez certains artistes, Laurence BONNET affichera très tôt sa passion pour la création. C’est à l’age pour le moins précoce de 5 ans que lui vient cette révélation qui ne la quittera plus : elle deviendra artiste. «Mon oncle m’avait emmené visiter un atelier d’artiste et je me souviens très bien de ce moment. Cela m’est venu spontanément, j’ai su ce que je voulais faire dans la vie » se souvient-elle avec émotion.

Et les premiers compliments ne tardent pas à encourager l’artiste en herbe qui, à l’âge où les murs de nos chambres sont recouverts de posters de chanteurs ou d’acteurs, personnalise son jardin secret avec ses propres créations : « je me souviens de la première fois que l’on m’a complimenté sur mes œuvres, je devais avoir 8 ans. Les amis de mes parents venaient visiter ma chambre remplie d’œuvres. Cela m’a encouragé à continuer ».

Ce monde de l’enfance, on le retrouve dans les créations de l’artiste dont la volupté des personnages imaginaires et inspirés du réel nous invitent au rêve, au voyage, à la relaxation.

Des poissons, des chiens, des visages de femme dont on devine la candeur, des couleurs pastels oniriques et des contrastes apaisants, tout dans les œuvres de Laurence BONNET nous ramène à l’univers rassurant de l’enfance.

C’est ce style bien singulier qui amène bientôt l’artiste à ses premiers succès, ses premières expositions. « Ma première exposition personnelle a été organisée au centre culturel de Chennevières-sur-Marne il y a près de 20 ans, je faisais de l’art outsider sans le savoir » évoque l’artiste qui réalisera ses premières ventes peu de temps après. C’est à l’ancienne présidente du musée d’art contemporain de Toulon, par l’intermédiaire de la galerie St-Louis de Toulon que Laurence BONNET vend sa première toile. Mais lorsqu’on lui demande quelle est la toile dont elle était particulièrement satisfaite, elle se remémore l’œuvre de 1m x 1m représentant un poisson et qu’elle a vendu en galerie.

  

« Il y a comme un cordon entre mes œuvres et moi »

 
Artiste professionnelle, Laurence BONNET se consacre à plein temps à son art. Plus qu’un choix, c’est presque une nécessité lorsque l’on ne conçoit pas la vie sans art. «Il m’est difficile de rester plus d’une semaine sans peindre ! » plaisante-t-elle avant de confier la relation presque viscérale qu’elle entretien avec ses œuvres : « Il y a comme un cordon entre mes œuvres et moi ».

Pourtant l’artiste prend plaisir à se séparer de ses œuvres, qu’elle considère toutes « comme des talismans », car c’est ainsi faire partager une partie d’elle même. Faut-il y voir un contradiction ou plutôt une démonstration de la sincérité de sa création, de la puissance évocatrice de ses œuvres tant elles sont le fruit de son être et pas simplement le pâle reflet d’une réalité que le pinceau viendrait froidement décrire sur la toile ?

Si elle sait se prêter au jeu de expositions publiques de ses œuvres, Laurence BONNET aime peindre dans l’intimité de son atelier ou mieux encore, chez elle, dans un environnement qui la rassure et lui permet de libérer sa créativité. Si son style et ses inspirations évoluent au fil des expériences, du vécu et des émotions, on retrouve souvent dans ses peintures des personnages, des oeuvres mystiques et des animaux étranges. Le couteau et le pastel sont ses techniques favorites : « le plaisir est tactile »

 « J’ai découvert l’art outsider il y a deux ans »

 
Comme de nombreux artistes, Laurence BONNET faisait de l’art outsider sans le savoir. C’est plutôt compliqué d’identifier son appartenance à un mouvement artistique lorsque celui change de dénomination en fonction des modes, des lieux, des époques : « au départ, je pensais faire de la figuration libre, puis est venu jusqu’à moi le terme d’art singulier, ce qui me correspondait plutôt bien ». Mais progressivement, c’est à l’art Outsider que Laurence BONNET s’identifie le plus. Un terme qu’elle découvre dans le célèbre magazine Raw Vision et qui lui colle aujourd’hui à la peau.
De cette prise de conscience, elle propose une définition personnelle de l’art outsider que nombre d’entre nous pourraient partager: « Nous sommes tous uniques mais originaux et l’art outsider, c’est la possibilité de se démarquer à travers ses œuvres, de parvenir à matérialiser de façon spontanée toute sa vie, l’essence même de notre être, celle de nos émotions, et de les partager ».

Et lorsqu’on lui demande si l’Art Outsider à un avenir dans le monde de l’art contemporain, Laurence BONNET partage sans hésitation son enthousiasme communicatif : « Oui. C’’est l’avenir du monde de l’art. D’ici 10 à 15 ans, il va prendre des proportions immenses en se développant de manière tentaculaire. Je ne serais pas étonnée s’il remettait complètement en question le monde de l’art »

Cette passion pour l’art Outsider, Laurence BONNET la partage avec son compagnon, le collectionneur Fréderic LUX, à qui elle tient à rendre hommage pour l’inspiration et le soutien qu’il lui apporte.

  Un rentrée artistique comblée !

L’atmosphère onirique dans laquelle Laurence BONNET nous emporte à travers ses œuvres fait-il entrevoir un rêve en particulier que l’artiste souhaiterait nous faire partager ? « En tant qu’artiste, l’un de mes rêves les plus chers serait de faire la couverture de Raw Vision (célèbre magazine d’art Outsider, en anglais, NDLR) ».

Ce rêve, l’artiste pourrait bien le réaliser un jour. En attendant, son actualité de la rentrée est bien chargée : une expo collective à la Halle Saint-Pierre (les Métamorphosées), des oeuvres présentées à la galerie In3art à Metz et d’autres projets qui pourraient aboutir très prochainement dans d’autres musées et galeries françaises...

 G.R
***

 Pour suivre l’actualité de Laurence BONNET

Email :  bonnet92@live.fr

Vous pouvez également vous offrir un toile de Laurence BONNET chez Carré d’Artistes à Strasbourg.


Designed ByBlogger Templates